• LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icon
Unknown Track - Unknown Artist
00:00 / 00:00

« Entrer et danser dans la vie »

 

Rêver et donner tout ce qui respire à ciel ouvert dans la vérité d’une fable.

Toujours il y aura souffle, alors l’écriture devient peinture et la peinture écriture.

Faire sourdre l’invisible.

Paradoxe permanent ente les couloirs de la mémoire et l’instant présent, fugitif, inépuisable dans l’éphémère.

Une technique en glacis assure la transparence, les palimpsestes et l’humus de la peinture.

Le désert, c’est l’infini et l’éternité.

 

Om shanti shanti shantih……puisse régner la paix.

Charlotte Vindevoghel

BILLET D’ART

14 mai 2018

 

" A propos de Charlotte Vindevoghel »

Au commencement était trois quatorze seize. Juste la rotation. Pour envelopper en elle un éternel zéro, le Temps. Là où tout est permis, l’être et le non-être, toujours recommencé.

Cet Infini, Charlotte Vindevoghel nous y plonge en éveillant sans cesse notre pensée par ce que je nommerais philoso-métrie picturale toute de sensibilité et d’élégance. Le silence alors s’impose. Aux portes de l’urgence créatrice, nos émotions se mêlent sur une fréquence intemporelle atteignant la vraie plénitude.

 

Dans la collection « Rouge », c’est sans arrogance aucune, que blanc et écarlate à eux seuls se conjuguent, s’instruisent, s’accompagnent, s’annulent, se chevauchent dans leur spatialité de l’instant, pour porter à notre regard curieux une coulée hémorragique de mots sans interruption.

Des mots encore insoupçonnés au premier regard loin des tableaux. Mais en s’approchant, ce sont des extraits de Rimbaud, de Cheng ou de Rilke, Haïkus, Shodoka et mots de l’artiste elle-même, qui surgissent pour devenir la flagrance d’une pensée universelle. La poésie fait là écho à la fascination suprême. À la lecture, difficile parfois, malgré le zoom de la vision rapprochée, tant les mots se superposent à certains endroits, on ne peut que s’interroger sur le vrai sens de la vie. L’écriture sur la toile nous envoûte, nous hypnotise jusqu’à faire chavirer notre propre notion du temps. L’âme ne pouvant qu’en être ébranlée. Et quand le spectateur s’éloigne le chant poétique continue de résonner. Loin de la toile. Bien plus loin que nous.

 

Cette artiste a bien compris la nécessité du passage dans la vie charnelle pour atteindre l’entrée dans l’Absolu. La couleur rouge sang en témoigne, de toute évidence ici aussi symbole de l’amour et du dépassement des possibilités rationnelles de la connaissance.

 

Merci Charlotte Vindevoghel de nous rappeler par cet ensemble tellement harmonieux que, pareille à l’eau en circulation permanente sur Terre, la sève écarlate de l’Humanité coule et s’écoule à l’infini, faisant de nous l’Unité trop souvent oubliée. Quel beau message de paix !

 

Julie River chroniqueur d’art à la Revue Générale

Rouge et noir 

Pénétrer dans l’espace proposé par Charlotte Vindevoghel suggère

l’accomplissement, la réalisation d’un projet inspiré d’une quête

spirituelle naturellement liée au cosmos.

 

S’ intéresser attentivement à son œuvre est là une main tendue vers

l’action, une remise en question motivée par l’impermanence.

 

Le rouge et le noir sont des éléments transparents de cette volonté

qu’engage le regard à invoquer un processus émotionnel libre

et récurrent .

 

Michel Allard